Comment diminuer le bruit d’une pompe à chaleur (PAC) ? Voilà une question que peuvent être amenés à se poser un architecte, un installateur en Chauffage Ventilation Climatisation (CVC), un propriétaire soucieux de son confort acoustique ou de celui de son voisinage, ou un voisin excédé, quand ce n’est pas un syndic de copropriété que l’on sollicite pour remédier à un problème de nuisance sonore.

Car une pompe à chaleur (PAC) est un équipement qui constitue par nature une source de bruit (du fait du fonctionnement de composants tels que compresseurs, ventilateurs) et qui est souvent suffisamment proche d’habitations ou de logements pour que ses émissions sonores y soient bien perceptibles, même par des personnes qui n’ont pas spécialement l’ouïe fine.

Il n’est pas rare que l’émergence i.e. la différence entre les niveaux de pression continus équivalents pondérés A du bruit ambiant - pompe à chaleur (PAC) en fonctionnement - et du bruit résiduel - en l’absence du bruit généré par la pompe à chaleur (PAC), mais mesuré chez un plaignant sur la période de fonctionnement de la pompe à chaleur (PAC) - atteigne 10 voire 15 décibels, ce qui constitue alors un dépassement de la limite réglementaire.

Pour la période 7h - 22 h (sauf dimanches & jours fériés), l’émergence admissible est de 6 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant compris entre 35 dB(A) et 45 dB(A) et de 5 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant supérieur à 45 dB(A).

Pour la période 22h – 7h (et pour les dimanches & jours fériés), l’émergence admissible est de 4 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant compris entre 35 dB(A) et 45 dB(A) et de 3 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant supérieur à 45 dB(A).

En relation avec le bruit d’une pompe à chaleur (PAC), une circonstance aggravante vis-à-vis de la nuisance des riverains peut être la présence d’une tonalité marquée lorsque la différence de niveau entre la bande de tiers d'octave et les quatre bandes de tiers d'octave les plus proches (les deux bandes immédiatement inférieures et les deux bandes immédiatement supérieures) atteint ou dépasse les niveaux suivants pour la bande considérée: 10 dB de 50 Hz à 315 Hz, 5 dB de 400 Hz à 1250 Hz, 5 dB de 50 Hz à 315 Hz.

De plus, le niveau de pression acoustique normalisé, LnAT, du bruit d’une pompe à chaleur (PAC) ne doit pas dépasser certaines limites qui dépendent du local considéré : dans un bâtiment d’habitation e.g. 35 dB(A) dans la pièce principale, dans un établissement d’enseignement e.g. 33 dB(A) dans une bibliothèque, dans un établissement de santé e.g. 30 dB(A) dans un local d’hébergement, dans un hôtel e.g. 30 dB(A) dans une chambre.

De telles limites sont parfois dépassées.

Dans toutes ces situations, il faut diminuer le bruit de la pompe à chaleur (PAC) à l’origine de ces troubles de voisinage.

Le principe consiste à installer des dispositifs destinés à séparer le flux d’air lié à l’aspiration - souvent : sur les parties latérales de la pompe à chaleur (PAC), lorsqu’il s’agit de grandes unités, l’air devant être guidé vers des échangeurs de chaleur - de celui lié au refoulement - souvent : en partie haute, quand sont prévus des ventilateurs dont les pales sont alors dans un plan horizontal lorsqu’il s’agit de grandes unités – tout en empêchant la propagation du bruit.

Des silencieux à absorption, constitués d’une gaine métallique (généralement en acier) et de séparateurs absorbants (alias baffles) avec un cadre métallique (lui-aussi : généralement en acier) et avec un garnissage en laine minérale (alors revêtue d’un voile anti-défibrage) ou en laine de polyester (alors avec un traitement superficiel spécial) permettent d’assurer cette fonctionnalité.

Le dimensionnement de tels silencieux (généralement : de section rectangulaire) destinés à diminuer le bruit d’une pompe à chaleur (PAC) doit être soigné car leur performance acoustique ne doit pas s’accompagner d’une perte de pression totale trop importante (la perte de charge disponible pour des silencieux est souvent quasiment nulle en pareil cas) et la vitesse de l’air doit être maintenue à une valeur suffisamment basse pour ne pas générer un bruit propre trop important.

Un logiciel de simulation tel que SILDIS est alors un outil précieux car fiable et précis pour optimiser les choix technologiques se rapportant à ces équipements d’insonorisation puisque son Module 1 permet la prévision des performances acoustiques et aérauliques de silencieux.

En cas de besoin, la continuité de l’isolation acoustique (entre silencieux à l’aspiration et silencieux au refoulement) est assurée par des panneaux d’insonorisation métallique (généralement en acier) avec un garnissage en laine minérale (alors revêtue d’un voile anti-défibrage) ou en laine de polyester (alors avec un traitement superficiel spécial) et avec une tôle perforée de protection. Le cas échéant, des éléments facilement démontables pour la maintenance ou des bloc portes acoustiques permettant l’accès doivent être envisagés.

Dans certains contextes, pour diminuer le bruit d’une pompe à chaleur (PAC), la mise en place de silencieux au refoulement (seulement) est suffisante (ils peuvent alors avoir une section circulaire), l’efficacité du système d’insonorisation pouvant être complétée par un écran construit au moyen de panneaux d’isolation acoustique métalliques (absorbant sur une face) comme mentionnés plus haut.

Comment diminuer le bruit d'une pompe à chaleur?

Comment diminuer le bruit
d’une pompe à chaleur (PAC)
   

 

Ce qui est vrai pour l’insonorisation d’une pompe à chaleur (PAC) l’est aussi dans le cas de climatisations, d’aéroréfrigérants, d’aérocondenseurs, de groupes frigorifiques et d’autres équipements de Chauffage Ventilation Climatisation (CVC) pour usage domestique ou industriel.

ITS peut dimensionner et commercialiser des matériels d’insonorisation permettant de diminuer le bruit d’une pompe à chaleur (PAC).

Aller vers une autre page de ce site, pour plus de détails

>> Logiciel de simulation acoustique SILDIS

end faq