Dans une salle d'essais et de mesures acoustiques, des coins de matériau en mousse ou fibreux (e.g. laine minérale - roche, verre - ou de polyester), taillés dans la masse ou issus d’assemblages (de plaques), avec dans certains cas une housse de maintien et de protection (même quand il y a à l'avant, une tôle perforée) constituent souvent un revêtement anéchoïque (i.e. évitant les réflexions d'ondes acoustiques sur les surfaces qu'ils recouvrent: murs, plafond, voire: plancher).

En relation avec des produits pouvant être assez différents quant à leur mode de fabrication, leur forme et leur performance vis-à-vis de la fréquence - il y a en général (au moins) ceci de commun à ces absorbeurs conventionnels:

  • ils sont ordinairement désignés par le vocable "dièdres" (indépendamment de leur géométrie effective, presque toujours: anguleuse)
  • la limite inférieure du domaine fréquentiel (souvent appelée: fréquence de coupure) à partir de laquelle leur coefficient d'absorption acoustique atteint ou dépasse 99%, ce qui est nécessaire pour l'obtention, à l'intérieur d'une salle, d'un champ acoustique aussi libre qu'en extérieur - dans un espace illimité -  (ce qui est précisément l'objet de la mise en oeuvre d'un revêtement absorbant les sons dans salle dédiée à la recherche et au développement - R&D - en acoustique) est très dépendante de leur profondeur e.g. [1] 0.825 m pour une fréquence de coupure de 100 Hz

Cette caractéristique de leur performance pose problème dans différents contextes, pour ce qui concerne l'épaisseur des absorbeurs conventionnels qui seraient requis pour l'obtention d'une fréquence de coupure donnée (qui doit être comptabilisée deux fois lorsqu'on s'intéresse aux dimensions utilisables en pratique dans la chambre d'expérimentation entre murs parallèles ayant un écartement donné):

  • lorsqu'elle ne permettrait, compte tenu de la distance requise d'une part entre la source de bruit en essai et les microphones, et d'autre part entre les microphones et le revêtement absorbant les sons, des mesurages que pour un matériel de trop petite taille vis-à-vis de celle du matériel devant être testé en réalité
  • lorsqu'elle rendrait nécessaire un écartement entre murs supérieur à ce qui est possible

C'est pourquoi, qu'il s'agisse d'un projet de construction d'une salle d'essais et de mesures acoustiques neuve, ou bien de la rénovation d'un moyen de test existant (et alors: il n'est pas rare que la recherche d'une fréquence de coupure inférieure soit d'actualité, ce vis-à-vis de quoi la problématique de l'espace disponible est encore accrue), un "absorbeur à structure asymétique" constitue un un revêtement absorbant les sons particulièrement indiqué puisqu'il permet (pour la fréquence de coupure) l'obtention de

  • 125 Hz pour une épaisseur de 0.53 m
  • 100 Hz pour une épaisseur de 0.65 m
  • 80 Hz pour une épaisseur de 0.78 m

Les absorbeurs à structure asymétiques commercialisés par ITS (disponible en 3 épaisseurs, comme mentionné ci-dessus) sont usinés dans des blocs de mousse ininflammable, de couleur claire (il est possible d'ajouter, à l'avant, une protection métallique perforée).

Comme leur nom l'indique, les absorbeurs à structure assymétique présentent une corrugation anguleuse, i.e. une forme de régularité de la variation de l'épaisseur de matière, qui est différente de celle - moins sophistiquée - des dièdres conventionnels.

Un tel choix d'absorbeurs à structure assymétique [2]  est indiqué dans tous les cas ou il est recherché un revêtement absorbant justifiant à la fois d’un très bon facteur d’absorption, d’une épaisseur inférieure à celle d'un dièdre conventionnel, d’un coût raisonnable fourniture et pose: pour des salles d'essais et de mesure en acoustique telles que des salles anéchoïques ou semi-anéchoïques dont sont souvent équipées les universités, écoles d'ingénieurs et laboratoires d'acoustique.

 
 
 
Dièdre absorbant laboratoire acoustique
ASA [2]
(absorbeur à structure asymétrique)
 


ITS maîtrise tous les aspects du choix d'un revêtement anéchoïque "absorbeur asymétrique" pour une salle d'essais et de mesures acoustiques.

Qu'on se le dise !

[1] en considérant pour la célérité du son 340 m/s
[2] abréviation en anglais ASA "Asymmetrically Structured Absorber"