L’insonorisation d’une usine électrique est l’occasion de se confronter à des problématiques techniques de tous ordres.

L’acoustique y a, bien sûr, une place de choix, dès lors que sont mises en jeu des puissances acoustiques dont les niveaux globaux dépassent 135 dB(A) pour de nombreux équipements constituant de telles installations, dans un contexte où des niveaux sonores inférieurs à 80 dB(A) à 1 m ont souvent requis (pour la protection des personnels du site) cependant que des niveaux sonores aussi bas que 60 dB(A) voire 50 dB(A) sont imposés en limite de la propriété industrielle : il en va de la santé des travailleurs et de la tranquillité des riverains.

Par ailleurs, l’aéraulique et la mécanique des fluides sont aussi d’une importance capitale lorsqu’il s’agit de concevoir et de construire des systèmes de ventilation capables (tout en évitant la transmission du bruit) d’évacuer la puissance calorifique associée au fonctionnement de différents organes dont l’échauffement doit être contrôlé, et ce avec une perte de pression totale minimale pour ne pas dégrader le rendement énergétique de l’installation.

Les calculs de structure doivent faire l’objet d’un soin particulier quand ils se rapportent à des constructions métalliques légères de types « panneau sur charpente » devant résister à des contraintes de sites sévères, en relation avec le vent, la neige, les risques sismiques.

La démontabilité des dispositifs d’insonorisation d’une usine électrique requière un travail de conception particulier, car le temps de démontage et de remontage des panneaux d’isolation acoustique et des silencieux (lors d’opérations de maintenance ou en cas de panne, lorsqu’il faut réparer ou remplacer certains matériels encoffrés) conditionne la durée d’indisponibilité de l’installation à l’origine de pertes de production éminemment indésirables.

Lors de l’insonorisation d’une usine électrique, l’intégration de différents équipement de second œuvre (éclairage, dispositifs de détection de fuite de gaz, systèmes de lutte contre les incendies) est souvent l’occasion de relever des défis technologiques non seulement en relation avec la spécificité de certaines des fonctionnalités requises, mais aussi du fait du manque d’espace disponible, de la complexité des cheminements pour les connexions ou de la nécessité de se conformer à des usages, des normes et des réglements locaux pour tout ou partie de l’installation.

ITS a participé à l’insonorisation d’une usine électrique lors de sa construction au Moyen Orient, la production d’énergie étant assurée par le fonctionnement d’une turbine à combustion (puissance supérieure à 40MW).

Il s’est agit de limiter les émissions sonores de la turbine elle-même, de son module gaz associé, ainsi que de leurs systèmes de ventilation respectifs.

La résolution des problématiques techniques mentionnées plus haut a été l’occasion d’accomplir des tâches et d’effectuer des travaux qui se sont ajoutés à une liste déjà longue de ceux se rapportant à des réalisations similaires : les compétences acquises précédemment ont été mises à profit pour mener à bien ce projet, qui constituera lui-même un retour d’expérience de plus, qui sera utilisé à l’occasion d’un futur projet d’insonorisation d’une usine électrique.