Une salle anéchoïque, également appelée chambre sourde, est un espace dans lequel on souhaite reproduire, à l’intérieur d’une enveloppe, les conditions de propagation du son en champ libre i.e. en s’affranchissant des réflexions d’ondes sonores sur les parois, à l’instar de la situation observable en extérieur.

salle anechoique
Salle anéchoïque ou chambre sourde
   

Suivant les besoins, il peut s’agir soit d’une chambre semi-anéchoïque (le sol est réfléchissant) soit d’une chambre anéchoïque (le sol est lui aussi absorbant), l’anéchoïcité étant rendue possible par la mise en œuvre de matériaux justifiant d’un coefficient d’absorption le plus élevé possible (i.e. aussi proche que possible de 100 %) dans la gamme de fréquence d’intérêt, dont la limite basse est souvent appelée fréquence de coupure (et est exprimée en Hz).

Quand il n’est pas constitué de coins de matériaux absorbants (dièdres), le revêtement d’une telle salle de mesures acoustique peut être plan, si la technologie des absorbeurs compacts à large bande est utilisée (étant basée sur une structure acoustique multicouche, avec à l’arrière un résonnateur destiné à absorber les basses fréquences et à l’avant un matériau dissipatif destiné à absorber les fréquences médium et aigues, conduisant à une épaisseur moindre, ce qui est appréciable lorsqu’il s’agit d’améliorer la performance (e.g. en diminuant sa fréquence de coupure) d’une salle existante dont les limites doivent être conservées).

En particulier, la détermination des niveaux de puissance acoustique (exprimés en dB ref. 1 pW) émis par les sources de bruit à partir de la pression acoustique (dont les niveaux sont exprimés en dB ref. 20 µPa) est possible dans une salle anéchoïque ou semi-anéchoïque (par des méthodes de laboratoire), vis-à-vis d’appareillages et d’équipements électro-acoustiques, de machines ou d’autres sources de bruit, pourvu que leurs dimensions soient compatibles avec la surface de mesurage possible compte tenu des dimensions de l’espace de test (qui peut parfois accueillir des véhicules).

De telles mesures font l’objet d’une normalisation internationale spécifique, notamment par le biais de la norme ISO 3745, souvent utilisée par les acousticiens pour leurs travaux de Recherche et Développement en acoustique, qui peuvent aussi intervenir dans le domaine de la psychoacoustique.

En plus des caractéristiques particulières d’anéchoïcité, une chambre sourde justifie souvent de performances en terme d’isolation acoustique, s’il s’agit de caractériser les émissions sonores de matériels pour lesquels un bas niveau de bruit de fond est nécessaire.

S’il y a lieu de considérer le démontage ultérieur éventuel de l’équipement d’essais en cas de possible relocalisation future, une enveloppe constituée de panneaux d’isolation acoustique métalliques modulaires peuvent constituer un système constructif approprié.

ITS peut participer à la conception et à la construction de vos moyens d’essais acoustiques et de vos bancs d’essais.