La réduction du bruit est un impératif dans bien des contextes.

Dans l’industrie, l’exposition au bruit des travailleurs constitue un risque dont la prise en compte ne doit pas être négligée, ne serait-ce qu’eu égard aux conséquences sur le plan de leur santé.

Dans le cas d’un niveau d’exposition quotidienne au bruit au-delà de 85 dB(A) et/ou d’un niveau de pression acoustique de crête au-delà de 137 dB(C), la réduction du bruit (e.g. des machines et équipements de production) peut être une piste de progrès, puisque les actions à envisager sont les suivantes, en application du Décret n° 2006-892 du 19 juillet 2006 relatif aux prescriptions de sécurité et de santé applicables en cas d'exposition des travailleurs aux risques dus au bruit et modifiant le code du travail qui transpose en droit français la directive 2003/10/CE  :

  • mise en œuvre d’un programme de mesures techniques de réduction d’exposition au bruit
  • signalisation pour lieu de travail bruyants & limitation d’accès
  • utilisation des protecteurs individuels contre le bruit
  • examens audiométriques périodiques (surveillance médicale renforcée)

La mise en place de capotages insonorisés, d’encoffrements peut donc avoir sa place lorsqu’il s’agit d’une réduction du bruit à la source, l’interposition d’écrans acoustiques pouvant être utile dès lors qu’il s’agit de s’opposer à la propagation du bruit, et l’installation de matériaux absorbants suspendus en sous-toiture ou bien sur les murs étant appropriée pour réduire la réverbération du bruit sur les parois d’un local de travail.

Dans l’environnement, les émissions sonores sont, pour le voisinage, une possible nuisance que les industriels doivent idéalement prévenir, et au minimum traiter pour ne pas occasionner d’émergence dans le paysage sonore environnant qui les mettrait dans une situation de non-conformité, vis-à-vis de l’Arrêté du 23/01/97 relatif à la limitation des bruits émis dans l'environnement par les installations classées pour la protection de l'environnement.

Pour la période 7h - 22 h (sauf dimanches & jours fériés), l’émergence admissible est de 6 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant compris entre 35 dB(A) et 45 dB(A) et de 5 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant supérieur à 45 dB(A).

Pour la période 22h – 7h (et pour les dimanches & jours fériés), l’émergence admissible est de 4 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant compris entre 35 dB(A) et 45 dB(A) et de 3 dB(A) pour un niveau de bruit ambiant supérieur à 45 dB(A).

Pour être en conformité avec l’émergence admissible, des dispositifs de réduction du bruit variés peuvent être envisagés tels que des capots insonorisants, des silencieux, des murs anti-bruit.

ITS étudie et commercialise toutes les solutions de réduction du bruit en milieu industriel.