D’une part, l’isolation acoustique des bâtiments, telle que pratiquée par ITS, a à voir avec le fait que, dans la construction, notamment s’il s’agit d’établissements Recevant du Public (ERP), le bruit constitue l’une des problématiques relatives aux conditions d’habitabilité vis-à-vis desquelles des efforts doivent être consentis par les maitres d’ouvrages en vue de satisfaire les obligations réglementaires auxquels ils sont assujettis, de manière à prémunir les occupants de locaux contre une exposition au bruit.

L’Arrêté du 25 avril 2003 relatif à la limitation du bruit dans les établissements d'enseignement (e.g. écoles élémentaires, collèges, lycées, établissements régionaux d’enseignement adapté, universités et établissements d’enseignement supérieur) stipule les exigences applicables aux locaux d’activité, notamment en terme d’isolement acoustique standardisé pondéré – de 30 dB(A) s’il s’agit d’une circulation à 55 dB(A) s’il s’agit d’un atelier bruyant – mais aussi en terme de durée de réverbération moyenne (dans les intervalles d’octaves centrés sur 500, 1000 et 2000 Hz) pour des locaux normalement meublés et non occupés. Ainsi 0.4 à 0.8 s est à considérer pour une salle de repos, d’exercice, de jeux des écoles maternelles ou pour un local d’enseignement, de musique, d’études, d’activités pratiques, de restauration et une salle polyvalente de volume inférieur à 250 m3 ou pour un local médical ou social, une infirmerie , des sanitaires, une administration, un foyer, une salle de réunion, une bibliothèque, un centre de documentation et d’information alors que 0.6 à 1.2 s est à considérer pour un local d’enseignement, de musique, d’études ou d’activités pratiques d’un volume supérieur à 250 m3 (sauf atelier bruyant) ainsi que pour un salle polyvalente d’un volume supérieur à 250 m3. Pour ce qui d’une salle de restauration d’un volume supérieur à 250 m3, 1.2 s est la valeur maximale admissible, tandis que pour d’autres locaux et circulations accessibles aux élèves d’un volume supérieur à 250 m3, la valeur maximale admissible est fonction du volume. Par ailleurs, en vertu de cet arrêté, l’aire d’absorption équivalente des revêtements absorbants disposés dans les circulations horizontales et halls dont le volume est inférieur à 250 m3 et dans les préaux doit représenter au moins la moitié de la surface au sol des locaux considérés.

L’Arrêté du 25 avril 2003 relatif à la limitation du bruit dans les hôtels stipule les exigences applicables, notamment en terme d’isolement acoustique standardisé pondéré des chambres – de 30 dB(A) vis-à-vis des bruits de l'espace extérieur à 35 dB(A) vis-à-vis des aires de livraison extérieures. Par ailleurs, en vertu de cet arrêté, l'aire d'absorption équivalente des revêtements absorbants disposés dans les circulations horizontales sur lesquelles donnent les chambres doit représenter au moins le quart de la surface au sol des locaux considérés. En outre, toujours en vertu de cet arrêté, le niveau de pression acoustique normalisé du bruit engendré dans les chambres par un équipement, collectif ou individuel, du bâtiment ne doit pas dépasser 30 dB(A), cette valeur étant portée à 35 dB(A) lorsque l'équipement est implanté dans la chambre (chauffage, climatisation).

L’Arrêté du 25 avril 2003 relatif à la limitation du bruit dans les établissements de santé stipule les exigences applicables, notamment en terme d’isolement acoustique standardisé pondérées – 27 dB(A) s’il s’agit de certaines circulations internes à 47 dB(A) s’il s’agit de salles d’opérations, d’obstétrique et de salles de travail – mais aussi en terme de durée de réverbération moyenne (dans les intervalles d’octaves centrés sur 500, 1000 et 2000 Hz) pour des locaux normalement meublés et non occupés. Ainsi, dans le cas de locaux de volume inférieur à 250 m3, en terme de valeur maximale admissible, 0.8 s est à considérer pour une salle de restauration, un local d’hébergement ou de soins, une salle d’examen et de consultation, un bureau médical et soignant, alors que 0.5 s est à considérer pour une salle de repos du personnel, et tandis que 1.2 s est à considérer pour un local public d’accueil. Pour d’autres locaux et circulations accessibles au public d’un volume supérieur à 250 m3, la valeur maximale admissible est fonction du volume. Par ailleurs, en vertu de cet arrêté, l'aire d'absorption équivalente des revêtements absorbants dans les circulations communes intérieures des secteurs d'hébergement et de soins doit représenter au moins le tiers de la surface au sol de ces circulations. En outre, toujours en vertu de cet arrêté, le niveau de pression acoustique normalisé, pour le bruit engendré dans un local d'hébergement par un équipement du bâtiment extérieur à ce local ne doit pas dépasser 30 dB(A) en général et 35 dB(A) pour les équipements hydrauliques et sanitaires des locaux d'hébergement voisins ; le niveau de pression acoustique normalisé, pour le bruit transmis par le fonctionnement d'un équipement collectif du bâtiment ne doit pas dépasser respectivement 35 dB(A) s’il pour les salle d'examens et de consultations, les bureaux médicaux et soignants, les salles d'attente et 40 dB(A) dans les locaux de soins, les salles d'opérations, d'obstétrique et les salles de travail.

S’agissant de salles de sport (e.g. pour la pratique de la gymnastique, de l’athlétisme, du volley-ball, du hand-ball, du basket-ball, du tennis, de l’escrime, du tennis de table), la norme NF P 90-207 Salles sportives - Acoustique (que son application soit obligatoire ou pas) constitue en France la référence en matière de prise en compte de la qualité acoustique de tels espaces, sur la base d’indicateurs de performance variés parmi lesquels l’isolement au bruit aérien entre locaux - de 30 dB(A) au minimum , l’isolement vis-à-vis du bruit de l’espace extérieur, la durée de réverbération de la salle sportive vide mais avec des équipements fixes dans les bandes d’octave de fréquence médiane comprise entre 125 Hz et 4000 Hz - la valeur maximale admissible est fonction du volume - le niveau de bruit des équipements (e.g. bruit généré par les dispositifs de chauffage et de ventilation/climatisation) avec une limite de 45 dB(A) pour le niveau de pression acoustique. En outre, et de manière informative, la norme mentionne des valeurs imites pour la décroissance du niveau sonore par doublement de distance à la source, à savoir 2 dB(A) à 5 dB(A) selon la surface au sol (superficie) du local.

S’agissant de salles de réunion / salles de formation, d’espace de détente, restaurants, la norme NF S 31-080 Acoustique - Bureaux et espaces associés - Niveaux et critères de performances acoustiques par type d'espace (dont l’application n’est pas obligatoire) constitue dans certains cas en France la référence en matière de prise en compte de la qualité acoustique de tels espaces, sur la base d’indicateurs de performance variés parmi lesquels le niveau sonore global, le temps de réverbération ou la décroissance sonore spatiale, l’isolement au bruit intérieur, en distinguant 3 niveaux (de qualité): niveau courant, niveau performant, et niveau très performant.

ITS intervient pour la définition et la mise en œuvre de programmes de mesures techniques de réduction de l’exposition au bruit et d’amélioration du confort acoustique des bâtiments, quelles qu’elles soient et dans tous les contextes. Les revêtements acoustiques absorbants, soit recouvrant (au moins: partiellement) les parois qui sinon réfléchissent les sons (notamment quand constituées de surfaces dures) - et donc contribuent alors possiblement au phénomène de réverbération indésirable – (au niveau de certaines parties de murs / cloisons et / ou du plafond suspendu s’il n’est pas parfaitement absorbant) soit implémentés ailleurs qu’au niveau des limites physiques de l’espace considéré e.g. sous la forme d’éléments (absorbants) suspendus (baffles) ou/et sous la forme d’éléments absorbants fixés sur des câbles verticaux ou maintenus par d’autres mode de fixation ou/et sous la forme de claustras (absorbants) fixes ou mobiles sur piètements ou sur roulettes qui pourront aussi dans certains cas avoir un effet d’écran, en protégeant des zones (limitées) situées du côté opposé à celui d’une source sonore constituent pour ITS des moyens usuels de lutte contre le bruit et d’amélioration de l’ambiance acoustique à l’intérieur d’un bâtiment (parfois: industriel), alors que les capotages et les silencieux sont des moyens efficaces pour limiter le bruit des équipements (notamment: installations de Chauffage Ventilation Climatisation).

Lorsque requis avant ou après des travaux d’insonorisation (dans le premier cas: pour réaliser un audit, apprécier la conformité d’une situation et - le cas échéant - contribuer à l’élaboration de plans d’action; dans le second cas: pour quantifier et vérifier la performance de l’isolation ou de la correction acoustique après mise en oeuvre), des mesurages des indicateurs acoustiques soumis à réglementation peuvent alors être effectués par ITS en fonction de normes dédiées e.g. NF S 31-057 Acoustique – Vérification de la qualité acoustique des bâtiments, NF EN ISO 3382-2 Acoustique - Mesurage des paramètres acoustiques des salles - Durée de réverbération des salles ordinaires.

 036 revetement absorbant mural local usage sportif piscine
piscine avec
revêtements muraux acoustiques
 071 dispositif reduction reverberation restaurant
cantine
insonorisée

Le traitement de la réverbération de locaux publics constitue une des activités principales de ITS.

 

 
inosonorisation d'une Centrale
de Traitement d'Air (CTA)
La limitation du bruit des équipements motive souvent le recours à ITS.

 

 

D'autre part, l’isolation acoustique des bâtiments, telle que pratiquée par ITS, a à voir avec le niveau de confort auditif qui est déterminant pour la qualité de salles de spectacles (salles de concert et opéras, théâtres, salles de cinéma et autres salles sonorisées) et pour des studios d’enregistrement (radio, télévision, musique) qui constituent les applications les plus médiatisées de l’acoustique architecturale.

En plus du temps de réverbération (i.e. la durée nécessaire pour que le niveau sonore existant dans un local décroisse de 60 dB soit dans un rapport de 1 million à 1 lorsque la source de bruit est instantanément interrompue) et du taux de décroissance spatiale (i.e. la pente en dB de la courbe de décroissance sonore spatiale lorsque la distance à la source sonore double) à laquelle il est parfois fait référence en tant que décroissance du niveau sonore par doublement de distance à la source, qui constituent des indicateurs usuels de la qualité de salles ordinaires, les phénomènes complexes résultant de la réflexion d’ondes acoustiques due à la présence de parois délimitant un espace fermé requièrent l’évaluation de paramètres acoustiques additionnels sophistiqués : clarté à 50 ou 80 ms (C50, C80), temps de décroissance précoce EDT (Early Decay Time), critère d'intelligibilité normalisé STI, temps central TS, définition D50, force sonore sonore G, l'efficacité latérale (LF et LFC).

ITS dispose des moyens de simulation appropriés pour la prévision des paramètres liés à la qualité acoustique de tels espaces, notamment destinées à la création culturelle ou bien à la perpétuation d’un patrimoine culturel : les calculs sont basés sur des échogrammes (réponses impulsionnelles de salles) obtenus (virtuellement) par des tirs (lancers) de rayons sonores.

Qu’il s’agisse de la protection d’occupants d’un bâtiment vis-à-vis de l’exposition au bruit ou de leur confort acoustique dans pour lieu de parole et d’écoute, ITS propose une offre complète en matière d’isolation acoustique, depuis l’ingénierie (si nécessaire: incluant des mesurages sur site) jusqu’à la réalisation clé en mains (en relation avec des partenaires commerciaux) de projets en France ou à l’international.

ITS a en propre des moyens de mesurage et de calcul en acoustique qui peuvent (avec son personnel) être mobilisés pour des intervention partout en France et dans les pays limitrophes pour réaliser un diagnostic et trouver, en matière d’acoustique du bâtiment des solutions mettant en jeu des équipements d’isolation acoustique et de correction acoustique, dont la performance est garantie, et qui sont fabriqués et installés par des partenaires commerciaux spécialisés dont le credo professionnel est la qualité.